Alpinisme & randonnée - Les 1à sommets du monde pour les débutants
Accueil > Alpinisme > Alpinisme, randonnée : les 7 Sommets mythiques du monde accessibles aux débutants

Alpinisme, randonnée : les 7 Sommets mythiques du monde accessibles aux débutants

Si vos crampons vous démangent et vous donnent des envies d’ailleurs, bonne nouvelle : il ne faut pas forcément être un crack en alpinisme pour se payer certains des plus beaux sommets du monde ! Nous avons sélectionné nos « seven summits » à nous, avec une particularité : tous sont accessibles aux randonneurs et alpinistes d’un niveau débutant à intermédiaire.

Le Mont Blanc – 4810m

ascension du mont blanc - dome du gouter

Crédits – intomywild

Le Mont Blanc fait rêver et chaque année, il regroupe des alpinistes venus de tous les continents pour se mesurer à lui. Pourtant, pas besoin d’être le plus pointu des experts pour arriver au sommet et la voie normale, si elle reste technique par endroit, est accessible aux alpinistes qui possèdent les bases de leur discipline.

arrete des bosses - sommet mont blanc

Crédits : monts & sommets

Petit point logistique pour les étourdis : vous devrez réserver à l’avance votre sortie car le refuge du Gouter, ouvert de juin à septembre, affiche toujours complet ! De ce point, il vous faudra environ 5h pour atteindre le toit de l’Europe et goûter au plaisir de dominer toute la chaîne des Alpes.

Le Kilimandjaro – 5895m

vue sur le kilimandjaro

Crédits : Gary Craig

En Tanzanie, le Kilimandjaro ne relève pas complètement de l’alpinisme puisqu’on peut arriver au sommet sans crampons ou piolets. Cependant, ne sous-estimez pas le sommet qui flirte avec les 6000m : la rareté de l’oxygène et le mal aigu des montagnes en a fait renoncer plus d’un !

sommet du kilimandjaro

crédits : karavaniers

L’ascension peut se faire en 6 ou 7 jours car il est nécessaire de s’acclimater à l’altitude, avec des journées de 5 à 7h de marche, sauf la dernière où l’aller-retour au sommet prend entre 9 et 13h. Autre détail : mieux vaut être un lève-tôt puisque l’ascension se fait de nuit pour profiter du lever de soleil sur le toit de l’Afrique.

Les pyramides de Carstensz – 4884m

ascension des pyramides de carstenz

Crédits : Pierre Schmidt

sommet des pyramides de carstenz

 

Comme le Kilimandjaro, les pyramides de Carstensz en Indonésie font partie des « seven summits », les sept sommets les plus hauts sur chaque continent. Et comme le Kilimandjaro, vous rencontrerez sans doute peu de neige au cours de votre ascension qui relèvera parfois plus de l’escalade et du trek que de l’alpinisme pur.

 

Ce sommet est plutôt accessible et l’une des principales difficultés vient du temps qui change constamment. Beau temps, pluie, neige et brouillard se rencontre très souvent au cours de l’ascension et il est très fréquent que la visibilité au sommet soit mauvaise.

 

 

Le Djebel Toubkal – 4167m

ascension du djebelk toubkal

Un autre sommet accessible en randonnée, et pas des moindres puisqu’il s’agit du point culminant du Haut Atlas et de l’Afrique du Nord, à 4167 mètres d’altitude. Il est accessible en deux jours de randonnée, mais nous vous conseillons de ne pas le sous-estimer :
la barre des 4000 mètres d’altitude peut être difficile à passer pour ceux qui ne sont pas habitués.

Sommet du Djebel Toubkal

Le décor est désertique et aride et quelques chèvres viendront certainement égayer la montée. Le sommet est indiqué par une pyramide métallique et offre une vue imprenable sur la plaine de Marrakech. A seulement quelques heures de la France, pourquoi s’en priver ?

L’Aconcagua – 6962m

L’Aconcagua aussi fait partie des « seven summit » et les choses sérieuses commencent ici puisque le sommet est quasiment à 7000 mètres. Dans ces conditions, il faut être préparé et acclimaté pour ne pas subir la rareté de l’oxygène et les complications liées au mal des montagnes.

campement de base aconcagua

Crédits : Laurent Dupont

vue sur le sommet de l'aconcagua

Crédits : Laurent Dupont

Cependant, pour une telle altitude, l’Aconcagua reste assez facile d’accès puisque c’est un chemin qui conduit jusqu’au sommet.

Le Cayambe – 5790m

cayambe - volcan equateur

Crédits : Alex Troya

Troisième sommet le plus haut d’Equateur, à presque 6000 mètres d’altitude, le Cayambe est accessible aux personnes familières aux techniques de base de l’alpinisme. C’est un volcan souvent moins fréquenté que ses voisins dont l’accessibilité est facile puisque l’on peut monter en 4×4 jusqu’au refuge.

ascension du cayambe - equateur

Ensuite, l’ascension se fait avec un départ de nuit, en 9h de marche au total, 1200m d’ascension glaciaire avec un final magique entre les crevasses d’où s’échappent des fumerolles de souffre.

Le Lobuche Peak – 6120m

ascension du lobuche peak - himalaya

Si l’Everest est plutôt hors de portée des alpinistes de niveau débutant ou intermédiaire, le Népal offre quand même des alternatives aux personnes qui souhaitent contempler les 8000.
Ainsi, le Lobuche Peak est un sommet moins fréquenté qui comporte certains passages techniques. L’acclimatation avant de gravir le sommet est également clairement indispensable.
Mais la récompense sera à la hauteur des efforts fournis et puisque le sommet offre un superbe panorama sur la chaîne du Khumbu, dont l’Everest fait partie !

À propos de l'auteur :

Guide de haute montagne, moniteur Canyon et accompagnateur en moyenne montagne. Expert randonnée, trail, alpinisme, escalade et canyoning. J'aime les grands espaces naturels de France et du monde pour y vivre et partager avec vous ces expériences.  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *