Carnet de croisière dans les antilles autour de la guadeloupe et de ses îles
Accueil > Antilles > Carnet de croisière autour de la Guadeloupe et de ses îles

Carnet de croisière autour de la Guadeloupe et de ses îles

La Guadeloupe évoque des sensations, des paysages et saveurs qui ne peuvent se compléter que si l’on explore ses nombreuses îles : Les Saintes, Marie Galante, La Désirade, Saint Martin et même la fameuse Saint Barthélémy.

Pendant une semaine nous avons navigué dans les eaux turquoises de la Caraïbe pour voir de plus près ce qui se cache derrière ces noms chargés de paradis.

Pointe-à-Pitre : préparation du navire et de l’équipage pour le voyage.

A peine arrivés à Pointe à Pitre notre taxi emmène déjà notre équipage vers la marina de Point à Pitre où notre navire « Tourmaline » nous attend pour commencer cette aventure d’une semaine.

Tourmaline est un voilier monocoque de l’UCPA, un Sun Odyssey 379 qui n’attend que nous pour prendre la mer.

Chacun des membres de l’équipage trouve rapidement sa place dans le voilier. La première tâche consiste à réaliser les menus et à procéder à l’achat et au stockage des vivres pour le voyage.

Guadeloupe preparatifs stockage vivres

Un équipage qui est bien nourri est une des conditions de base pour la réussite d’une aventure.

Autour du premier repas l’heure est au topo du voyage : les prévisions météo, les temps de navigation chaque jour entre les escales, le rôle de chacun, le temps libre.

Guadeloupe - instruments de navigation - Voile habitable - croisière

 

Des questions fréquentes et légitimes se posent : si l’on jette l’ancre en Dominique pourrons-nous payer en euros ? Avons-nous la possibilité de pêcher pendant que le bateau avance ?

En tant que chef de bord je me dois de donner le plus d’indications sur le déroulement du voyage avant de prendre la mer. Mais avant ça, tout le monde a besoin de repos.

Guadeloupe Lever de soleil

Le décalage horaire, la chaleur et la fatigue du voyage nous incitent à ne pas nous lever aux aurores.

Après la préparation du déjeuner nous larguerons les amarres en milieu de matinée et Tourmaline quittera le quai en direction des Saintes.

Première étape : voile vers l’archipel des Saintes

Après avoir emprunté le chenal le vent nous pousse gentiment, tantôt au travers, tantôt au près.
Nous apercevons rapidement Terre-de-Haut et Terre-de-Bas qui dessinent l’archipel des Saintes à l’horizon.

navigation Guadeloupe

La mer est plate, le vent plutôt faible, l’amarinage se fait tout doucement.
Il faut savoir qu’en moyenne 24 heures sont nécessaires pour bien se sentir sur un voilier si l’on a pas l’habitude de naviguer.

L’air de la mer « ça creuse », tout le déjeuner sera avalé tout en surveillant la navigation, un mélange de bonne humeur et de vigilance qui donne le ton pour cette aventure.

Vers 15h nous rentrons dans l’archipel des Saintes et nous mettons sur bouée à l’anse Mire.

Vue de la baie des saintes - le chameau - Guadeloupe

L’annexe est mise à l’eau et quelques minutes plus tard nous sommes tous à terre.
Les possibilités sont nombreuses :

• Randonnée jusqu’au « Chameau », le point culminant des Saintes qui propose une vue panoramique sur tout l’archipel.
• Plongée ou snorkeling pour découvrir la faune sous-marine.
• Visite du Fort Napoléon, habité de nombreuses iguanes
• Baignade à Capesterre
• Visite du village et rencontre avec les saintois.

guadeloupe - antilles - raies - plongée snorkeling
Guadeloupe Tortue marine - les saintes (2)

Le rendez-vous est fixé à 18h « Chez Cécile », un bar mythique local où chacun pourra exercer ses talents de danseurs sur fond de musique entraînante et surtout de rock.
Nous dînerons sur TOURMALINE et nous coucherons tôt pour aller poser notre bouée un peu plus loin.
Le lendemain matin nous allons aussitôt mouiller au Pain de Sucre, ce rocher porte ce nom car il ressemble au « vrai » Pain de Sucre de Rio de Janeiro (en miniature).

Guadeloupe Les Saintes

Nous petit déjeunons dans un cadre sauvage et préservé, loin de l’agitation du centre-ville et nous baignons dans une eau dont je préfère taire la température pour ne pas rendre jaloux les métropolitains.

Pendant que l’équipage profite de ce site merveilleux je téléphone à notre contact Charlie pour qu’il ait le temps de nous préparer un bon barbecue de bienvenue à l’arrivée de notre deuxième étape vers laquelle nous levons l’ancre en fin de matinée : la Dominique.

La Dominique : une île sauvage aux eaux turquoises

Nous déjeunerons en route tandis que la silhouette de l’île de la Dominique s’agrandit et que les Saintes s’effacent.
En quatre heures seulement nous voilà dans la baie de Portsmouth.
Quand nous arrivons aux bouées le comité d’accueil est présent, Charlie monte à bord, salue tout le monde et nous informe que l’apéritif : un planteur fait maison, sera dans les verres dès 19h.

Guadeloupe - planteur

En deux tours d’annexe nous voilà au restaurant le plus local qui soit.
La table est faite de planches de bois posées sur des tonneaux, les sièges sont tout aussi spartiates ; nous avons les pieds dans le sable, le bord de mer est à moins de 10 mètres et le thermomètre joue avec les 25°C.

plage de Guadeloupe - antilles

Les lieux sont silencieux, seule une musique de fond est audible. Nous avons presque la définition du bonheur, que demander de plus.

Nous trinquons à la Dominique, à l’UCPA, aux vacances, à tous les compagnons présents, aux Antilles, que sais-je encore.
Le niveau du planteur dans le jerrican est inversement proportionnel au volume des paroles, nous rions plaisantons, bref tout va bien, vive les vacances aux Antilles.

Pendant ce temps 2 ou 3 locaux s’affairent au barbecue, les bananes plantain, les morceaux de poulet, les tranches de poisson sont tournées et retournées ; tout cela sent très bon.

Guadeloupe - les Saintes - fruits

Après une salade composée de crudités locales nos papilles gustatives se régalent avec la suite du menu.
Nous terminerons par un grand plat de fruits locaux : les bains de mer, la bronzette, le reggae, la découverte de beaux paysages font partie des vacances mais il ne faut surtout pas négliger les plaisirs de la table.

Maintenant il va falloir éliminer, pour cela l’occasion nous est donnée en allant en « boîte de nuit », comme chaque mercredi se déroule la reggae night.
Pour ceux qui connaissent la reggae night c’est la reggae night, pour les autres c’est un spectacle inoubliable.

Guadeloupe-Dominique-Big-PapaLa salle de danse se situe dans le restaurant voisin, à une cinquantaine de mètres, à moins de dix mètres du bord de mer. La « boîte de nuit locale » est bien gardée.
A l’entrée le molosse du coin : Big Papa veille et personne ne le provoque.

Sur la scène, à peine éclairée par la lumière du bar, se trémoussent des locaux sur fond de reggae. Nous n’entendrons que ce type de musique au cours de la soirée ; ici Bob Marley est un dieu, leur dieu.
Nous rentrerons vers minuit, la musique elle ne s’arrêtera que vers 4 heures du matin

Guadeloupe Marina coucher de soleil 2

Le lendemain, jeudi, plusieurs possibilités s’offrent à nous.
L’équipage se scinde en deux, quatre décident de remonter en barque, à la rame, la rivière indienne et ensuite de visiter un jardin avec papayers, bananiers, arbres à maracuja, ananas ou encore avocatiers.

L’autre moitié va prendre le bus pour aller visiter Roseau, la capitale, située dans le sud de l’île.
Le local « Ty Punch » et son ami « Spaghetti » viennent nous vendre quelques papayes et quelques avocats en fin de matinée.

Guadeloupe vendeur fruits ti punch
Guadeloupe-vendeur-fruits-spaghetti

Vers midi nous nous retrouvons tous à bord, c’est l’heure du départ, direction Marie-Galante.

Troisième étape de la croisière : Marie-Galante

Comme à chaque fois, nous avons le droit à quelques claques de vent avant de dépasser l’extrémité de l’île et de voir Marie-Galante.

Guadeloupe - Marie Galante 1

Après le déjeuner certains siestent pour récupérer de la veille jusqu’à la fin d’après-midi lorsque le voilier arrive au port de Grand Bourg, « capitale » de l’île.

Guadeloupe - Marie Galante - fresque

Après une ballade dans la charmante ville nous dînerons dans un « lolo », petit restaurant autour d’une caravane.
On y mange souvent la même chose mais c’est très typique, si de plus un musicien s’y met alors là l’immersion est totale.

Guadeloupe -Marie Galante - vendeur fruits

Le lendemain matin nous partons de bonne heure louer quatre scooters et partons à la découverte de Marie-Galante.
La première étape sera la plage de Capesterre, la plus belle plage de l’île avant de prendre la direction de la rhumerie du Père Labat, la plus connue de Marie-Galante. Après la visite une dégustation s’impose, certains achètent des échantillons divers.

Guadeloupe-Marie-Galante-vache
Guadeloupe-Marie-Galante

Maintenant nous allons dans le nord de l’île, à Gueule Grand Gouffre, les lieux donnent le vertige, nous sommes au sommet de hautes falaises, seuls au monde, pas de constructions dans les alentours, on ne peut trouver endroit plus sauvage.

Après tout ce périple un repas local nous attend, les pieds dans le sable à vingt mètres du bord de mer : ty-punch ou planteur en apéritif, puis accras de morue, poulet boucané ou poisson grillé. La carte des menus est très longue.

Après un petit temps de repos et de baignade nous ramenons les scooters avant de dîner sur le bateau ; nous devons nous coucher tôt pour la suite de l’aventure.

Une nuit au Vieux Fort de Marie Galante

Le lendemain nous longeons Marie Galante vers le nord, et rapidement enfin de matinée le voilier est mouillé à la plage du Vieux Fort.

Toute l’équipe s’affaire à préparer au barbecue le poisson acheté le matin à Grand Bourg.

Plage de sainte anne en Guadeloupe

L’après midi sera difficile, il va falloir alterner entre bains de mer, de soleil, snorkelling et sieste.

C’est une journée de repos bien méritée qui nous emmènera jusqu’au samedi, point de départ vers la prochaine étape de notre voyage : Sainte Anne.

Du marché à Sainte Anne à Gosier

En milieu d’après midi après plusieurs heures de navigation le voilier est ancré dans un très bel endroit, genre carte postale. L’après-midi sera consacrée à la visite des lieux à proximité du mouillage.
Ce soir nous sommes très sages, tout le monde se couche tôt.

Le lendemain le marché bat son plein à Sainte Anne. Nous mettons pied à terre en début de matinée pour profiter pleinement du marché vraiment typique.

Guadeloupe Marché commerce local

A deux jours du départ c’est le moment d’acheter des épices, des gousses de vanille, des paréos, des vêtements colorés.

Nous achetons des take-away dans les petits restaurants locaux et allons déjeuner sur la plage.
Après quelques bains de mer et de soleil il va falloir partir.

Guadeloupe navigation Coucher de soleil

C’est l’occasion pour l’équipage de découvrir la navigation de nuit, en partant en fin d’après-midi nous arrivons au pied du phare du Gosier de nuit.

Nous décidons d’aller faire un barbecue à terre, sur l’îlet Gosier.

Le dîner sera suivi de quelques chansons puis nous rentrons à bord.

Retour à Pointe à Pitre

Nous sommes lundi et c’est déjà le dernier jour après une semaine de navigation sur la caraïbe.
Si on ne veut pas gâcher la fin des vacances en se précipitant il est préférable de commencer cette dernière journée de bonne heure car elle est souvent bien remplie.

Nous quittons le mouillage, passons à la pompe à carburants et amarrons une dernière fois Tourmaline au ponton. Après le nettoyage incontournable du voilier et une bonne douche nous déjeunons avant de nous rendre à l’aéroport pour le retour tant redouté en Métropole.

Guadeloupe Pointe à pitre

Un tel voyage nous en apprend autant sur nous que sur les autres, et en quelque jours il est surprenant de voir à quel point les personnes changent au contact de la mer.

Vivre une croisière à la voile est une expérience à part qui mélange à la fois le rêve et l’épreuve, la rencontre et l’introspection. En si peu de temps tant de paysages admirés et de personnalités différentes découvertes qui ouvrent forcément la porte vers d’autres aventures à la voile.

Les saintes baie de Marigot - Guadeloupe

Jean-Claude Abily

À propos de l'auteur :

Passionné de voile depuis mon adolescence, je suis devenu rapidement Chef de Bord à l’UCPA puis skipper professionnel. J’ai navigué partout dans le monde : côte Atlantique, méditerranéenne, Cuba, les Grenadines, Seychelles, Thaïlande, îles Eoliennes, Cyclades, Golfe Saronique, Croatie, Baléares et une transatlantique ! Je continue de vivre en transmettant ma passion à l’UCPA et ailleurs !  Voir l'auteur >

Du même auteur

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *