Carnet de croisière tour de corse
Accueil > Corse > Carnet de croisière : notre tour de Corse à la voile

Carnet de croisière : notre tour de Corse à la voile

Notre tour de corse à la voile commence un dimanche matin à Ajaccio, sous un magnifique soleil.
Sur l’embarcadère, notre équipage de 6 personnes est prêt pour cette aventure de deux semaines de navigation, soit 750 miles nautiques le long de la côte corse.

L’embarquement à bord de “Marcello”

Philippe Elizabeth, Camille, Florian et Vincent ont des niveaux d’expérience en mer très différents. Débutants ou expérimentés, cette aventure sera l’occasion pour chacun de progresser.

apprendre à naviguer - croisière en corse

Chaque voyage est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur soi, sur notre passion, notre façon de la transmettre et évidemment sur notre façon de naviguer.

A bord de Marcello, un Dufour 375, l’équipage que l’on appelle “descendant” est en plein nettoyage. Ils ont réalisé la même croisière que nous pendant les deux semaines précédentes.

L’équipage descendant a ce regard que je connais bien : heureux et déjà nostalgique.

En début d’après-midi nous commençons à nous activer : nous chargeons les courses à bord tandis que nous accueillons un 7ème membre d’équipage : Camille.

A 17h00 enfin, l’aventure commence vraiment et nous larguons les amarres vers les îles Sanguinaires.

Croisière Iles sanguinaires

Voile des îles Sanguinaires à Cargèse

En 3 heures nous arrivons à la pointe de la Parata où l’on mouille en un clin d’oeil pour prendre notre premier bain de mer. La houle a tendance à contourner la pointe mais cette première baignade au coucher du soleil nous fait le plus grand bien après cette longue journée.

baignade dans les Iles sanguinaires
Iles sanguinaires coucher de soleil

Le lendemain, nous partons à 8h30 accompagnés par quelques dauphins matinaux !

Un vent W/NW 2B forcissant à 4 et une houle d’ouest auront raison de quelques estomacs pas encore amarinés. Heureusement, on s’y fait vite !

Je contacte le port de Cargèse sur le canal 9. En cette saison les places sont très rares d’autant plus qu’il y a de la houle (2m) et que le port est minuscule. Par chance, le capitaine du port nous obtient la dernière place.

cargese corse en croisière

La soirée sera consacrée à la visite de Cargèse et son port, animé par quelques restaurants et jolies cabanes. Le village grec avec ses deux églises domine une pointe offrant une vue magnifique sur la baie de Chiuni et sa magnifique plage.

A travers le golfe de Porto vers la baie d’Elbo

Le troisième jour commence tôt lui aussi avec un départ de Cargèse à 8h40. En ce mardi matin la houle est bien tombée. Vers 11h on rase la pointe Capo Rosso avec un vent d’ouest à 5B. On pénètre dans le Golfe de Porto pour mouiller à Piana dans l’anse de Ficojola.

piana golf de porto

Nous restons le temps de profiter de ce beau panorama avant de repartir en fin d’après-midi vers Girolata où notre place nous attend. Le lendemain matin, sur la plage, quelques vaches se promènent, offrant un contraste surprenant avec les yachts de luxe.

voile en corse - Piana

Nous décollons vers 8h30, le vent est faible alors nous longeons tranquillement les sublimes rivages de la réserve naturelle de Scandola aux couleurs rougeâtres.

Le passage impressionnant entre l’île de Gargalu et la côte s’impose à nous avant de révéler des phénomènes géologiques curieux : les marches du paradis

scandola en corse
Scandola géologie et marche du paradis

Nous atteignons la marine d’Elbo qui est le seul mouillage autorisé dans le parc. Puis enfin le vent se lève et on tire quelques bords pour passer les pointes qui nous séparent de Calvi.

Dans une rafale Florian perd sa casquette mais après quelques manoeuvres d’homme à la mer et grâce à l’aide du GPS on finit par la récupérer, ouf !

Les plages paradisiaques du désert des Agriates en vue

Nous arrivons à Calvi en fin d’après-midi et la vue sur la citadelle depuis notre bateau est tout simplement magnifique. Une visite s’organise rapidement même si à ce moment-là, elle est partiellement occupée par les Légionnaires.

port de Calvi

Le lendemain le cap est mis sur le désert des Agriates et ses plages de rêve : eau transparente, sable blanc et silence d’un cadre naturel préservé sans âme qui vive.

plage des agriates en corse
croisière en corse et baignade depuis le voilier

On envoie les voiles un peu plus tard que d’habitude et nous arrivons en milieu d’après-midi sur la plage de Genibaretta. Nous ne sommes pas déçus : la plage est à nous ! De quoi admirer tranquillement le coucher de soleil et déguster un ti’punch fait maison.

Les prévisions pour le lendemain sont sportives avec un BMS et des rafales de 40 noeuds à partir de midi sur le Cap Corse

La côte Est : du Cap Corse jusqu’à Sari-Solenzara

Finalement peu de vent ce matin, on passe la fameuse pointe avec les voiles au portant, en faisant quelques empennages dans le passage puis on descend vers le sud.

Nous serons trop justes pour atteindre Bastia à temps. Je propose alors à l’équipage de nous rendre à Erbalunga, un curieux petit port intriguant par son aspect ruineux mais surprenant tant le lieu fait penser à un décor de cinéma.

coucher de soleil sur le voilier en corse

Les terrasses de restaurants sont animées. C’est le cadre parfait pour déguster une Pietra tout en gardant l’oeil sur Marcello.

C’est le lendemain à 7H que les choses se corsent, une longue virée en perspective car on a 65 miles à faire pour gagner Solenzara.

La journée sera sportive comme on aime, l’occasion pour chacun de mettre en action ses nouvelles connaissances en navigation.

voile et navigation en corse

La météo est alternée de coups de vents, d’éclairs au large et quelques grains donnant parfois l’impression d’être en Bretagne. On adore ! L’arrivée à Solenzara se déroule pourtant sans encombre et Marcello trouve une petite place accessible en marche arrière.

La mission du soir ? Ravitaillement et ménage ! Faire une lessive, nettoyer Marcello, acheter une gaffe, un bout et un mousqueton pour nous aider à remonter l’ancre, faire le plein d’eau, autant de composantes de la vie à bord.

Traversée de la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio

Dimanche, déjà une semaine que nous sommes en mer, la moitié du voyage est passée très vite. Plus on descend plus le vent fraîchit sous l’influence des Bouches de Bonifacio et du rétrécissement de la Corse.

navigation voilier corse
croisière en voilier en corse

Ca passe de l’est à l’ouest, puis vers midi ça monte vite à 6B. On prend notre premier ris. Après quelques virements de bord musclés, nous mouillons dans la baie de San Ciprianu.

Ca souffle pas mal et les prévisions pour la nuit et le lendemain n’indiquent pas de baisse. Nous décidons de jeter l’ancre dans le Golfe de Porto-Vecchio pour la nuit.

mouillage pour la nuit - voilier

A l’intérieur du Golfe on est un peu plus abrité mais le vent forcit. Malgré les 40m de chaîne par 4m de fond mon alarme de mouillage se déclenche. Nous recommençons pour bien assurer la stabilité du bateau.

Finalement le vent tombe. Sous les lumières de la ville, la soirée s’achève après avoir essayé de comprendre les règles d’un jeu très confus sur des rescapés du Titanic.

Notre départ du matin est de nouveau accompagné par trois dauphins. Dès la pointe de la Chiappa le vent de travers nous donne de belles accélérations entre les îles Cerbicales et la côte. Les plages de Palombaggia défilent à 8 noeuds.

rondinara en corse

Cette belle vitesse nous donne l’avantage de trouver une place convenable dans le port de Rondinara. Le cadre est sauvage et nous sommes presque totalement entourés par la plage.

Echappée en Sardaigne depuis l’île de Cavallo

Le lendemain 1H30 de navigation suffisent pour rejoindre Cavallo. C’est le bon timing car les bateaux quittent le mouillage. De belles et discrètes villas parsèment la côte. Nous débarquons mais un panneau nous rappelle que nous sommes sur une propriété privée et que nos déplacements sont restreints au domaine public maritime, c’est-à-dire la plage. Mais comme un panneau n’arrête personne il y a aussi un vigile sur son mirador !

cala d'isola spargi en sardaigne

Après négociation il accepte gentiment de nous laisser marcher sur le sentier à condition de faire deux groupes et d’attendre son signal.

A peine 15 minutes de marche (les seuls moyens de transport locaux sont la golfette électrique et l’hélicoptère) et nous convergeons à la marina dit le Village des Pêcheurs. Nous prenons un café en terrasse et achetons quelques bricoles : notre alibi pour le vigile.

plage de sardaigne

Puis, dès le début d’après-midi, nous mettons le cap sur l’archipel de la Maddalena.

Le passage de la frontière vers l’Italie est très agréable, par travers le bateau avance bien.

Nous arrivons sur l’île de Caprera vers 15h pour nous installer à Cala Portese, une baie vaste et très sauvage.

Le mouillage est bien protégé du vent d’ouest, mais  il n’est pas abrité des rares vagues « scélérates » provoquées par les super yachts qui passent au large.

La route du retour par Porto Liscia

Jonathan Crosse - Bonifacio Corse

Pour notre retour sur les côtes corses la météo annonce encore un BMS sur les bouches de Bonifacio. Dès la sortie de la cala on sent mieux le vent d’ouest de 6B voire 7.

En envoyant la grand voile V nous perdons une latte

On ne compte plus le nombre de virements de bord notamment dans le passage resserré entre l’île San Stefano.  Le site est très beau, eau turquoise et belle plage de sable blanc au fond. Personne à Horizon ? On sort les masques et les palmes pour une petite session de snorkeling.

snorkeling en corse

Nous repartons vers 15h30 pour Porto Liscia que nous atteignons une grosse heure plus tard. La baie est très prisée par les kite surfers et les véliplanchistes qui font le spectacle ! Nous mouillons le plus au fond possible pour être protégé du vent pendant la nuit, mais de belles rafales passent quand même au-dessus de l’isthme pour venir nous secouer. Finalement, le vent tombe en soirée et nous pouvons dormir tranquille.

Cap sur Bonifacio

Lavezzi en corse

Matinaux ce jeudi matin, nous sommes sur le pont à 8h et mettons le cap sur les Lavezzi. Le vent de sud-ouest de 4B a bien molli et nous atteignons la cala Lazarina deux heures plus tard. Avant l’arrivée des navettes pour Bonifacio, le site est plutôt paisible et le paysage, véritable chaos granitiques constitué de rochers aux formes étranges, plutôt agréable.

cala lazerina
Lavezzi et blocs de granit

A 11h, nous décidons de partir pour être sûr d’avoir une place à Bonifacio et échangeons quelques signes avec les bateaux UCPA qui descendent !

Entrée du port de Bonifacio

Après trois bords de près, nous arrivons au port de Bonifacio en début d’après-midi. Les hommes en rouge, gardiens du port, nous placent sur la rive nord, au calme et loin des bars. Nous avons bien fait d’arriver tôt car toutes les places sont très vite occupées.

arrivée à bonifacio
arriver à bonifacio à la voile

Nous consacrons notre après-midi à visiter la citadelle, le cimetière marin et nous choisissons la cantina Doria pour ce diner à terre. Nous redescendons ensuite vers Marcello en passant devant l’attraction-phare du port ce soir-là : Solandge, un super yacht de 85m qui occupe le quai d’honneur.

De Rocapina à Porto Pollo

Le matin suivant, le vent n’est pas vraiment au rendez-vous et nous mettons près de quatre heures pour arriver à Roccapina où nous mouillons sur le rocher en forme de lion pour déjeuner.

maniement voilier ucpa

Ensuite, cap vers la pointe de Senetosa ! Le vent est nord-ouest ce qui correspond parfaitement à notre cap. Il nous permet de réaliser de longs bords de près, super !

A 18h, quand nous passons enfin la pointe, un voilier nous rattrape. Nous remarquons vite qu’il s’agit d’un bateau UCPA, pas question de se laisser doubler ! Nous arrivons à le contrôler en lofant ou en abattant pour réaliser que nous tenons tête aux juniors ! Eux se rendent en fait à Compomoro et, après avoir mené ma petite enquête, j’ai découvert qu’ils s’étaient en fait servis du moteur pour nous rattraper. Nous ne sommes pas peu fiers d’avoir réussi à rester dans la course !

course de voiliers ucpa

Après cet interlude plutôt sympa, nous arrivons à Porto Pollo où nous prenons un coffre pour profiter tranquillement de la soirée.

Dernier jour à bord du Marcello

Nous partons à 8h pour ce dernier jour de croisière pour mouiller à la pointe de la Castagna. C’est notre dernière baignade et elle a une saveur toute particulière. Nous aimerions qu’elle dure plus longtemps mais il est déjà temps de repartir pour Ajaccio.

voilier - départ pour ajaccio

Nous profitons au maximum de notre dernier bord par vent de travers avant d’arriver au port de Tino Rossi, le port Charles Ornano étant complet à cause de la Corsa Classica.

C’est à notre tour d’être l’équipage descendant, ceux qui sont déjà nostalgiques de leur voyage

Nous faisons le ménage sur le bateau et partons ensemble pour un dîner en ville.

équipage voilier ucpa

Le lendemain, nous nous retrouvons pour briefer Laurent et Franck qui vont convoyer Marcello à Bormes-les-Mimosas et nous profitons de cette dernière journée pour nous promener au marché d’Ajaccio.

Nous aurons parcouru 400 Miles Nautiques, soit 740km !

 

Loïc Hannon

À propos de l'auteur :

Directeur de l'école de voile et de croisière UCPA, Directeur des centres UCPA de Bretagne et passionné de navigation, je vous partage mes conseils et bonnes astuces pour tirer les meilleurs bords aux meilleurs endroits !  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *