Comment préparer un ultra trail - importance de l'entourage et préparation psychologique
Accueil > Trail & Running > Comment préparer un ultra-trail : le rôle de l’entourage et gérer son mental

Comment préparer un ultra-trail : le rôle de l’entourage et gérer son mental

Le mental, la psychologie et le rôle de l’entourage sont des composantes hyper importantes dans la réussite ou l’échec d’un ultra-trail.

Même si vous ne vous sentez pas physiquement favori sur la ligne de départ, avec un bon mental et un soutien sans faille de vos proches, vous pourrez vous surprendre à atteindre la ligne d’arrivée avant certains concurrents pourtant au top !

L’ultra-trail : un engagement pour l’athlète et son entourage

session d'entrainement au trail en montagne

La première chose à savoir quand on se fixe pour objectif un ultra-trail, c’est que cela ne va pas se faire en claquant des doigts ! L’entraînement va être long, difficile et exigeant à la fois pour vous qui préparez la course, mais également pour votre entourage.

Préparer un ultra-trail, c’est y sacrifier une partie de sa vie, pendant un ou deux ans, avec des entraînements quasiment quotidiens et des week-ends passés à courir plutôt qu’en famille. Et cela peut avoir un vrai impact sur le couple et le travail, en allant pour certains jusqu’à la rupture.

entrainement au trail en famille
preparation et entraonement à l'ultra-trail entre amis

Comment éviter ces solutions extrêmes ? Tout d’abord en relativisant un peu son entraînement. Oui, vous devez suivre un planning, oui, vous devez parfois faire de gros volumes d’entraînements. Mais le ciel ne vous tombera pas sur la tête si vous décidez de temps en temps de passer un week-end en famille ou une soirée en amoureux !

Le ciel ne vous tombera pas sur la tête si vous décidez de temps en temps de passer un week-end en famille

Ensuite, votre projet a plus de chance de réussir si votre entourage en fait partie et vous soutient. Prévenez-les de l’intensité de la préparation et de sa durée, anticipez les moments compliqués et, si vos proches sont un peu sportifs, pourquoi ne pas les intégrer à vos séances ?
Le jour où vous travaillez votre endurance fondamentale par exemple, votre partenaire et vos enfants peuvent tout à fait vous accompagner en vélo !

L’objectif d’une vie ? A relativiser !

départ de l'ultra-trail du mont-blanc

Pour beaucoup de traileurs, l’ultra-trail, et notamment le plus prestigieux d’entre eux, celui du Mont-Blanc, constitue l’objectif d’une vie, le Graal à atteindre et à terminer coûte que coûte !

Pourtant, nous vous conseillons de relativiser cet objectif. Certes, vous allez vous entraîner comme un forcené pour y arriver.
Certes, vous pourrez l’affiche sur votre CV comme une réussite personnelle et un exemple de sacrifice et de persévérance.

Mais sachez aussi que la course peut être annulée au dernier moment ou le parcours modifié pour une distance plus courte en raison des intempéries. Pire, vous pouvez jouer de malchance et vous blesser avant la compétition.

départ du marathon du mont-blanc

Psychologiquement, il faut aussi être préparé à la situation dans laquelle tous les efforts fournis ne seront pas concrétisés.

En course : le rôle du mental et la psychologie de l’ultra-trail

Heureusement, dans la plupart des cas, vous prenez le départ de votre objectif. L’ultra-trail n’est facile pour personne et même les meilleurs connaissent des passages à vide, des douleurs, la fatigue, le découragement. Ce sera dur et vous n’allez pas y échapper.

passage à vide sur un ultra-trail - mental et psychologie
course de nuit et gestion de la fatigue sur un ultra-trail

Chacun à ses ressources et ses propres résistances et la clé est surtout de se connaître et d’avoir accumulé de l’expérience pour arriver à surpasser ces moments de « moins bien », où, disons-le clairement, vous aurez envie de tout laisser tomber !

Se fixer des objectifs intermédiaires et prendre son temps

Il y a quand même un ou deux conseils que nous pouvons vous donner pour arriver au bout malgré les conditions difficiles et la fatigue.

Le premier, c’est de fragmenter la course en vous fixant des objectifs intermédiaires. L’ultra-trail du Mont-Blanc fait 170km et quand on commence à fatiguer au bout de 20km, cela peut tout à coup devenir un objectif surréaliste et amener à l’abandon.

Pour éviter que l’objectif final devienne décourageant, fixez-vous une série d’objectifs intermédiaires, par exemple des points de ravitaillements tous les 30-40km. En scindant votre course en plusieurs, vous ne verrez plus la distance restant à parcourir de la même manière.

trail competition et montre gps connecté

Pour éviter que l’objectif final devienne décourageant, fixez-vous une série d’objectifs intermédiaires, tous les 30-40km.

Ensuite, l’important est aussi de prendre son temps et de relativiser son temps de course. Si vous êtes un peu en retard sur vos temps prévisionnels, ce n’est pas vraiment grave. L’important, c’est surtout de prendre du temps pour se ravitailler correctement et gérer son physique pour arriver au bout.

phase de marche en ultra-trail

Ce qui est frappant dans les ultras, c’est souvent de voir des jeunes, frais et fringuants au départ, se faire battre par des personnes plus âgées, qui ont fait leur petit bonhomme de chemin à leur rythme, sans s‘épuiser et qui, au final, les dépassent. L’histoire du lièvre et de la tortue en somme !

Cependant, ne tombez pas dans l’erreur inverse qui consiste à trop s’arrêter sur les ravitaillements, à trop traîner et se reposer pour parfois ne plus jamais repartir !

Compter sur le soutien des autres coureurs et de son entourage

Enfin, le rôle de votre entourage compte aussi pendant la course. Sur les ravitaillements avec assistance par exemple, c’est souvent les proches qui viennent apporter au coureur nourriture, boisson et matériel.

passages de nuit lors d'un ultra-trail

Et leur rôle ne s’arrête pas là ! Lorsqu’au trois quarts de la course, on ne voit plus la fin, qu’on est fatigué, qu’il fait nuit, froid et que les conditions météo sont mauvaises, la présence de ses proches à un point de ravitaillement peut être salutaire.

Eux-aussi savent les efforts que vous avez fourni et les sacrifices que vous avez fait pour en arriver là. Et eux n’ont pas perdu une once de lucidité à cause de l’effort intense.
Leur recul et leurs encouragements vous remettront certainement les idées en place, vous rappelleront pourquoi vous êtes là (quand vous l’avez oublié) et vous reboosteront !

courir à deux lors d'un ultra-trail

Enfin, vous pouvez trouver du soutien auprès des autres coureurs. Lors d’un ultra, on croise souvent les mêmes personnes sur les ravitaillements et même s’il y avait du monde au départ, lorsque la course s’étiole, on peut se retrouver seul.

Faire un bout de chemin avec une autre personne peut booster le moral quand les conditions sont difficiles ou lorsqu’on se sent seul la nuit. Mais attention : si votre compagnon de route se démotive et abandonne, ne l’accompagner pas !

► Pour aller plus loin, retrouvez notre dossier complet sur la préparation à l’ultra-trail

 

À propos de l'auteur :

Fortement impliqué dans le développement du trail je m'efforce de vous transmettre cette passion. Accompagnateur en montagne, créateur de nombreux stages et d'une école de trail, je suis aussi président du club des sports de Chamonix à titre bénévole et directeur de l'UCPA Argentière.  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *