Craintes et peur d'envoyer mon enfant en colo - conseils parents
Accueil > Enfance en vacances > Nos craintes d’envoyer notre enfant en colonie de vacances : quelles réponses ?

Nos craintes d’envoyer notre enfant en colonie de vacances : quelles réponses ?

Pour tout un tas de raisons la colonie de vacances peut nous attirer, mais reste ce petit point de blocage qui peut nous empêcher de franchir le pas : la peur de confier son enfant, loin de soi pendant toute une semaine.

Regardons de plus près cette panique à bord  qui nous caractérise si bien.

Mon enfant a grandi, mais est-il prêt pour la colonie ?

On parle toujours de l’angoisse de la séparation de l’enfant, vous savez, quand il a entre 6 mois et un an environ, vous vous souvenez ? Et bien cette peur reste bien ancrée. Mais chez le parent.

mon enfant est-il prêt à partir en colonie de vacances - conseil parents (2)

On veut protéger notre progéniture, et c’est bien normal, mais il faut tout de même un jour franchir un cap et se rendre à l’évidence : notre enfant a grandi, et de ce fait, arrive très bien à se débrouiller et se construire sans nous quelques jours, sans aucun souci.

Reste plus qu’à lui accorder toute la confiance qu’il mérite.

La colonie, peut-elle l’aider à vaincre sa timidité ?

Justement, la colonie de vacances est un magnifique traitement de la timidité et permet à chaque enfant de se sociabiliser.

Il sera finalement peut-être le roi de la colo, ou il n’aura que 2 ou 3 copains. Peu importe, les chances qu’il se retrouve seul et s’ennuie sont proches du zéro, et quoi qu’il arrive,

Les animateurs et éducateurs veillent à intégrer les plus réticents lors d’activités auxquelles ils ne pourront pas résister.

activités pour socialiser les enfants timides introvertis en colonie de vacancesDe plus, les enfants seront « mixés » les uns avec les autres. Par tranche d’âge pour les dortoirs, par affinité en fonction de leurs activités.
Ils vont donc rencontrer des TAS d’autres enfants. Ça devrait aller.

Sur-protéger son enfant, bonne solution face au danger ?

En réalité, il n’y a pas plus de fous aujourd’hui qu’hier, simplement, on en parle beaucoup plus, mais la peur est compréhensible.
Ceci étant dit, nous avons nous mêmes éduquer notre enfant et donc, à priori, appris certaines choses concernant sa propre sécurité.

Mon enfant casse cou - les risques des sports en colonies de vacances - Conseils parents accident

Quant aux animateurs et formateurs, ils passent tout de même quelques étapes avant qu’on leur confie nos enfants…

Il faut tenter de faire confiance aux animateurs de la même façon qu’on le fait avec les enseignants.

Le rôle des animateurs et moniteurs encadrement colonie de vacances

Les accidents peuvent arriver en colonie, comme ailleurs

Encore une fois, tout est question d’encadrement. Et même si le risque zéro n’existe pas.
Les mesures de sécurité sont bien plus drastiques aujourd’hui que lorsque nous étions petits (rappelez-vous du vélo sans casque).

vaincre sa timidité en colonies de vacances - conseil parents
Au niveau de l’encadrement, on compte en général 1 animateur pour une dizaine d’enfants et 1 moniteur pour 10 à 12 enfants, ce qui donne

2 adultes référents pour un groupe d’une dizaine d’enfants.

 

Colonie-enfance-vacancesLes activités sont encadrées par des moniteurs diplômés qui ne sont pas là pour faire prendre des risques inconsidérés mais bel et bien pour le plaisir de nos héritiers.

Comment me faire mon propre avis sur les colonies ?

« On dit » beaucoup de choses, c’est exact.
Et c’est pour cette raison qu’il ne faut pas choisir sa colonie de vacances au hasard.

Commencez à vous renseigner à l’école et autour de vous. Rien ne vaut jamais le bouche à oreille et les expériences concrètes.

Pensez à vous pencher sur le type de structure que vous souhaitez (associative ou non), à son projet pédagogique lors des séjours proposés, à ses valeurs et à tout ce qui touche au déroulement des journées.

Colonie-enfance-enfantsFouillez les sites internet et les forums qui regorgent d’avis, et faites vous votre propre opinion afin de choisir sereinement LA bonne colo.

Au final, la boule au ventre ne disparaît jamais entièrement, et heureusement, ça prouve que nous sommes des parents un minimum consciencieux. Mais l’appréhension devrait s’effacer un peu lorsque tout est étudié et choisi avec soins.

Pour ce qui est de la peur affective, là, il n’y a rien à faire, même quand il aura 45 ans, ça restera à jamais notre « bébé ».

Si vous souhaitez franchir le cap en douceur, découvrez l’offre « Ma première colo » :

Pour un premier départ en colo

Premier pas en colonie pour votre enfant ?
A partir de 6 ans, « Ma première colo » propose des séjours spécifiques et adaptés aux plus petits avec diverses activités sportives, animations, veillée, jolies rencontres, fous rires et souvenirs…

Natacha Guilbert

À propos de l'auteur :

Maman de deux enfants "et demi" façon mère-poule, je me pose toujours 3000 questions qui peuvent provoquer autant d'angoisses. J'essaie de répondre à tout ça sur le blog de manière détendue pour apaiser le parent stressé qui sommeille en chacun de nous.  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *