Coelacanthe laurent balesta profondeur exploration
Accueil > Plongée sous-marine > Laurent Ballesta à la poursuite du Cœlacanthe

Laurent Ballesta à la poursuite du Cœlacanthe

Dernier descendant des premiers tétrapodes jusqu’à notre ère, le Cœlacanthe est l’une des clefs de l’histoire de l’évolution.
Considéré comme disparu depuis 65 millions d’années, plonger avec lui il y a quelques années était impensable. Un explorateur de l’extrême a relevé le défi.

Laurent Ballesta : plongeur et explorateur des profondeurs

Laurent a un CV impressionnant : biologiste, plongeur professionnel, photographe, auteur, océanographe et gérant d’Andromède océanologie.
Laurent Ballesta est l’un de ces hommes qui se lancent des défis au delà de notre imagination.

Equipe laurent Ballesta caméra plongée coelacanthe
coelacanthe nageoires ouvertes plongeurs etude

A la recherche du Cœlacanthe le “Poisson Fossile”

Le Cœlacanthe était pour tous un “poisson fossile” que tout le monde pensait éteint jusqu’à ce qu’un un pêcheur en remonte un spécimen vivant en 1938.

Depuis, des chercheurs, des aventuriers et des cinéastes sont allés jusqu’à y consacrer leur vie.

Coelacanthe laurent balesta profondeur exploration

Quand j’ai étudié cet animal à l’université, plonger avec lui relevait du fantasme car les techniques de plongée n’étaient pas au point.

En 2000, Laurent Ballesta entend parler d’un plongeur en Afrique du Sud qui prétendait l’avoir vu.

Il a ensuite fallu attendre 2013 pour monter une vraie opération scientifique en Afrique du Sud et pouvoir rencontrer le légendaire poisson par 130 mètres de fond.

Une plongée en conditions extrêmes en Afrique du Sud

L’équipe de l’expédition était composée de 18 membres : plongeurs, chercheurs, une équipe de tournage un médecin urgentiste et l’équipe locale Sud-Africaine.

Il fallait embarquer le matériel indispensable pour durée de plongée de 5h minimum nécessaire pour cette exploration. L’équipe de Laurent Ballesta plongeait entre 120 et 140 mètres et restait jusqu’à 35 minutes au fond.

Laurent ballesta après plongée combinaison spéciale

Un matériel de plongée de pointe pour des conditions extrêmes

Des recycleurs « inspiration » avec un système électronique « vision » les plus fiables actuellement accompagnaient 6 bouteilles.

Une petite bouteille d’air était associée à la combinaison et au gilet, deux bouteilles d’oxygène (la principale de 3 litres et 1 de secours de 2 litres), une bouteille de diluant complètement anoxique à 80 % d’hélium et 20 % d’air, un bail out avec 20 % d’oxygène et un dernier bail out  trimix à 40 % d’oxygène.

La descente doit être très rapide pour éviter d’être perturbée par les courants, le défi personnel de Laurent Ballesta était de boucler la descendre en 1 minute 30.

Même si avec cet équipement la pression n’est plus un obstacle elle reste énorme paramètre.

 “Le plongeur ne s’en rend pas compte, quand les plongées sont répétées tous les jours pendant des heures, tu regardes l’état des cagoules à la fin…on dirait des vieux mouchoirs.”

Comment photographier et Filmer le Cœlacanthe

Comme Laurent Ballesta s’intéresse avant tout à la lumière naturelle Il lui fallait des boitiers extrêmement sensibles. Nikon lui en a fournit avec le dernier Nikon D4 pouvant aller jusqu’à 200 000 ISO. Quant aux caissons, Seacam a fabriqué des caissons renforcés notamment sur les ressorts des boutons poussoirs.

Les derniers Secrets du Cœlacanthe

Coelacanthe-de-face-de-loin-profondeur-conditions-reelles-e1459347162924-325x300
On n’a aucune idée de leur âge et de leur durée de vie. Les saisons n’étant pas marquées à cette profondeur, on ne peut pas compter les stries de croissance sur l’animal. Mais certains chercheurs réfléchissent à une méthode au microscope électronique qui permettrait  de lire leurs stries de croissance quotidienne.

On sait qu’il y a un accouplement physique parce que les femelles sont ovovivipares, mais elles  n’ont pas d’organes reproducteurs. C’est un vrai mystère !

Comme toutes les autres espèces.  Ils n’ont simplement laissé aucune trace. On pense que les cœlacanthes ne fossilisent pas à leur mort,  d’où l’affirmation de leurs disparition il y a 65 millions d’années.

À propos de l'auteur :

Brevetée d'état en plongée subaquatique mes missions passionnantes consistent à gérer l'école de plongée de l'UCPA et de rendre la plongée accessible au plus grand nombre. N'hésitez pas à me poser vos questions et à me proposer des sujets ! A bientôt !  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *