Paysage montagne vallée - freerando ski de rando
Accueil > Hors-piste > Ski hors-­piste : quelles différences entre freerando et ski de randonnée ?

Ski hors-­piste : quelles différences entre freerando et ski de randonnée ?

Freerando, ski de randonnée (ou ski de rando), deux expressions que vous avez peut-être déjà entendu si vous sortez régulièrement des pistes balisées. Mais y a-­t-­il une différence entre ces deux pratiques ?

Le ski de randonnée : le classique du hors-­piste

Le ski de randonnée se rapproche de l’alpinisme car le but est souvent d’atteindre un col ou un sommet sans passer par la case « remontée mécanique ».
La descente n’est alors qu’un des aspects de cette pratique où l’on passe au final beaucoup plus de temps à monter qu’à descendre.

ski de rando-tour des aiguilles dorées-ju millerLe ski de randonnée peut également se pratiquer en itinérance, sur plusieurs jours pour parcourir un massif par exemple. Le matériel est plus léger que celui du ski alpin pour faciliter la montée mais moins adapté à la descente.

ski de rando- traverséee des aiguilles rouges -fred LOOS

Pratique contemplative par essence, le plaisir réside dans les espaces que l’on découvre. Loin des domaines très fréquentés nous sommes face à une nature authentique, vivante que l’on a le temps d’observer pendant l’ascension.

Le ski de rando est donc parfait pour les personnes aventureuses qui ont envie d’un maximum de liberté !

Matériel : innovation et confort de glisse

Le ski de randonnée est la discipline du ski qui connaît le plus d’innovations ces dernières années.

L’objectif des fabriquants est de coller parfaitement à l’ADN de cette pratique : dénivelé positif et légèreté des skis tout en collant aux évolutions du ski de piste. Les spatules sont plus larges tout en restant légères grâce aux nouveaux matériaux, les chaussures plus confortables et les fixations offrent une plus grande liberté de mouvement à la marche. De quoi rendre le ski de rando, réservé aux initiés depuis des années, accessible à un public plus large.

L’autre avantage de cette pratique, c’est qu’elle peut avoir lieu complètement en dehors des sentiers battus, loin des stations de ski.

telemark freerando au Tour-lac de charamillon-juMILLER

Freerando : moins de montée, plus de descente !

Le freerando est également une pratique de hors­piste. Mais à l’inverse du ski de randonnée, elle met l’accent sur la descente plus que sur la montée. Ici, les freerideurs vont privilégier les itinéraires proches des domaines skiables pour bénéficier le plus possible des remontées mécaniques.

A l’arrivée des remontées, le but est de ne pas marcher trop longtemps, soit en peau de phoque, soit carrément à pied pour aller trouver un itinéraire vierge un peu à l’écart des pistes. Le matériel de freerando est plus lourd qu’en ski de randonnée, l’accent étant mis sur la maniabilité à la descente plutôt que sur la facilitation de la montée.

montée à pied horspiste - montagne crêteCependant, il a également bénéficié des avancées réalisées sur les skis de randonnée. Ainsi, les skis à semelles larges (ou skis fat) sont de plus en plus légers, les chaussures et les fixations de plus en plus confortables et robustes.

Ski de rando, freerando, que choisir ?

Le ski de randonnée et le freerando possèdent tout de même des similarités. Ainsi, il s’agit de deux pratiques engagées du ski alpin où l’on se retrouve face aux risques de la montagne : avalanches, crevasses, barres rocheuses, itinéraires non balisés, etc. Il va sans dire qu’un équipement de sécurité est absolument indispensable dans les deux cas : sac avec ARVA, pelle et sonde.

Pour choisir entre ces deux pratiques, vous devez savoir ce que vous cherchez dans le hors­piste.

descente hors-piste - freerando

Je choisis le freerando si : 

  • vous recherchez surtout les sensations de glisse dans la poudreuse

  • vous n’êtes pas un grand adepte de randonnée

point de départ freerando - horspiste

Je choisis la ski de rando si :

  • vous recherchez l’aspect sauvage et la liberté priment

  • le fait de marcher longtemps ne vous fait pas peur

Dans les deux cas, si vous êtes débutant dans ces pratiques, n’hésitez pas à faire un stage de ski hors­piste ou à vous faire accompagner par un guide ou un moniteur de ski pour apprendre ces techniques particulières et surtout, prendre le moins de risques possible !

Découvrir le freerando et le ski de rando

Si vous voulez découvrir de nouvelles régions, débuter en ski de rando ou freerando ou tout simplement vous perfectionner, vous pouvez suivre un de nos stages encadrés : 

freerando col du passon - ski hors-piste - grands montetsPour s’éloigner des remontées mécaniques et profiter de la poudreuse à quelques mètres des pistes, choisissez un stage de freerando ! 

ski de rando - freerando - hors-pistePour profiter pleinement de la montagne, vous initier aux techniques de montée à ski et descendre des itinéraires immaculés, choisissez un stage de ski de rando ! 

Julien Miller

À propos de l'auteur :

Moniteur de ski et guide de haute montagne je vis ma passion de l'altitude toute l'année. Guide à Argentière dans la vallée de Chamonix je voyage également partout ailleurs dans le monde pour explorer sans cesse de nouveaux territoires.  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

2 commentaires

  • LEPLAT says:

    J’ai pour projet d’aller skier aux Lofoten .
    Considérez vous cela comme de la free rando ou pas .
    Je suis équipé de ski Salomon Rocker2 122 au patin .
    Qu’en pensez vous ?
    Merci .

    • Bonjour ! Tout dépend de là où vous allez skier, dans les domaines des Lofoten, sur de courts parcours non-loin des chemins et sans itinérance on considèrera cela comme de la free-rando. En revanche si vous partez sur un spot reconnu sur un parcours de plusieurs heures là on sera véritablement sur du ski de rando, ce qui est la plupart du temps le cas dans les Lofoten.

      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *