Carnet de randonnée - Massif des écrins en 8 jours
Accueil > Trek & Randonnée > Carnet de randonnée : faire le tour du Massif des Écrins en 8 jours

Carnet de randonnée : faire le tour du Massif des Écrins en 8 jours

Le massif des Ecrins se trouve au nord des Hautes Alpes et au sud-est de l’Isère. Son plus haut sommet, la barre des Ecrins culmine à 4102 mètres. C’est là que notre trek nous a mené durant huit jours extraordinaires surtout destinés aux habitués de la montagne. Nous avancions vers les hauteurs, parcourant 20 km et 1200 mètres de dénivelé par jour, sans autre souci que de se laisser aller à des rêveries entre ciel et terre.

Une mise en jambe sous le signe de la pluie

Tour des Ecrins-départ du Trek
Notre départ s’effectue sous la pluie à Serre Chevalier, mais cela n’entame pas notre joie, nous traversons les pistes de la station avant de pénétrer la nature vierge. La marche se fait sans encombre, nous tâchons de lever les yeux vers les sommets mythiques tels que le Pelvoux, mais la météo nous ôte ce plaisir. Et c’est la pluie qui nous guidera jusqu’aux pentes de Vallouise, lieu de notre première nuit. Le soir est convivial, nous tâchons de nous sécher pour repartir tout sec le lendemain.

A nous les premières hauteurs !

Tour des Ecrins- le Parc National
Au matin du deuxième jour, nous foulons le sol du Parc National et le paysage se transforme légèrement : le dénivelé s’accentue et nous apercevons les premiers névés et les glaciers. Les respirations se font haletantes tandis que nous longeons le torrent de la Selle, qui nous offre à entendre le chant de ses cascades et quelques marmottes curieuses qui nous observent.

Tour des Ecrins-trek
Tour des Ecrins-trek

Ensuite nous franchissons l’Aup Martin qui sera une bonne épreuve pour nos jambes encore peu habituées. Puis, nous redescendons sur le pas de la Cavale, jusqu’au Pré de la Chaumette, où nous attend un refuge rustique posé au plein cœur de la nature, à 1800 mètres d’altitude. Nous évoquons autour d’une boisson fraîche, rudement méritée, les efforts de cette journée et les quelques 1100 mètres de dénivelé que nous avons abattu.

3 cols et une surprise

Tour des Ecrins, une mer de nuages entre les sommets d'Orcières et du Dévoluy
Nous rejoignons un sentier dont la pente est ardue ; au dessus de nous, une mer de nuages semble se fondre dans le paysage, embellissant la vue que nous avons. Après quelques pauses, nous atteignons le col de la Valette. Ce premier col est unique pour la vue qu’on y trouve sur le sud des Écrins, les sommets d’Orcières et au loin le Dévoluy.

Ces dômes rocheux ressemblent à d’étranges chapiteaux que les nuages encerclent.

Tour des Ecrins-Trek-dômes rocheux
Tour des Ecrins-Trek-domes rocheux

S’en suit alors, le col Gouiran puis celui de Valonpierre, d’où les randonneurs ont l’habitude de contempler le Dôme et la Barre des Écrins. Nous entamons notre descente à travers des paysages verdoyants, parfois arides, jusqu’au moment où nous découvrons une pièce d’eau surprenante. C’est le lac de Valonpierre, qui s’est lové entre la roche. Nous ne tardons pas à nous y arrêter pour une pause. Nous ne terminerons notre étape que dans la vallée du Valgaudemar, c’est à dire après une autre descente qui rendra fourbu plus d’une personne de notre groupe !

Tour des Ecrins, le lac de Valonpierre
Cependant, les gîtes étant les plaisirs et la rançon des efforts, nous sommes généreusement reçus et un Génépi artisanal facilite le dernier voyage de nos corps vers le sommeil.

Cap sur l’Isère et le Valjouffrey

Au refuge des Souffles, les gourmands s’emparent d’excellentes tartes aux myrtilles cueillies dans les vallées ; ces myrtilles sont nos compagnes quand nous montons au col de Vauze où s’écoulent un certain nombre de torrents. La descente, quant à elle, est abrupte jusqu’au Désert en Valjouffrey, qui est le dernier lieu colonisé de la vallée.

Tour des Ecrins-désert en Va
Ce jour-là, nous avons parcouru 1500 mètres de dénivelé, et l’entraînement commence à jouer, nous sommes rodés. La soirée se déroulera de manière détendue, autour d’un tarot et d’une belote.

La journée dite « du repos »

Tour des Ecrin-le col de la Côte Belle
Il faut entendre dans le mot repos, une marche moins physique, avec tout de même 1000 mètres de dénivelé. Nous suivons le torrent de la « Bonne » qui a fait parler de lui en mai, en se soulevant et en modifiant son lit. Puis c’est le col de Côte Belle d’où l’on découvre le mythique col de la Muzelle que nous attaquerons demain.

Tour des Ecrins-Trek
Tour des Ecrins-Trek

Cette vue nous donne du courage, nous crions : «  A nous la Muzelle ! » Et tout en y songeant, nous marquons une pause au pied des Aiguilles Marnes aux orgues somptueuses. Comme la journée est agréable, nous prenons le temps de jouir de ce paysage, avant de descendre sur Valsenestre.

Le très fameux et légendaire col de la Muzelle

Tour des Ecrins-Le col de la Muzelle
C’est par un doux sentier au coeur de la forêt que nous parvenons au pied du col de la Muzelle. L’excitation est à son comble. Nous y voilà ! Il y a des troupeaux de moutons qui paissent encadrés par leur chien de garde et un peu plus loin, une ancienne carrière de marbre. Mais c’est le col de la Muzelle qui occupe nos esprits : son dénivelé est très exigeant. Mais quelle récompense, lorsque nous nous asseyons pour pique-niquer au lac dont l’eau est bleutée, et qui nuance la roche de la Muzelle et les autres lueurs de son glacier.

Puis c’est la descente sur Venosc, nous passerons la nuit à l’UCPA les 2 Alpes. Nous pouvons être fiers, malgré quelques ampoules, nos jambes ont parcouru plus de 100 kilomètres.

Tour des Ecrins-Le col de la Muzelle (2)

Le plateau d’Emparis et les Glaciers de la Meije

Aujourd’hui, septième jour, nous découvrons un village rustique et très typique des alpes : Besse en Oisans. Nous traversons cet agglomérat fort coquet de maisons aux toits de lauzes. C’est le dernier village avant de partir à l’assaut du plateau d’Emparis, d’où nous tiendrons un panorama unique entre les Aiguilles d’Arves et en face les Glaciers de la Meije et du Jandry. Nous irons, ensuite, pique-niquer au lac Noir qui se trouve face à la Meije.

Tour des Ecrins-les Aiguilles d'Arves
Au village du Chazelet, qui est situé sur le chemin de notre descente, nous nous arrêtons à l’attraction « pas dans le vide ». Ce lieu nous permet d’éprouver un vide de 800 mètres sous nos pieds. Enfin, nous sommes accueillis au refuge à La Grave, avec un excellent repas.

Tour des Ecrins-les Aiguilles d'Arves (2)
Tour des Ecrins- Col de la Muzelle

Avec les salutations des marmottes !

Tour des Ecrins-Marmotte espiègle
De La Grave nous remontons la Romanche en passant par Villard d’Arène. De ce fond de vallée nous nous élevons jusqu’au col d’Arsine et profitons des glaciers et des ruisseaux. Là, pour reprendre les propos de notre guide, nous marchons au milieu d’un véritable HLM de marmottes. Ces petits animaux de montagnes s’ébattent de joie et nous les observons pendant un moment.

Tour des Ecrins-Le glacier d'Arsine
Comme la marche appelle la marche, les plus courageux choisissent le bonus : une montée au pied du lac et du glacier d’Arsine. Un glacier plutôt surprenant par sa couleur noire. Enfin, nous amorçons la dernière descente, entourés par les eaux bleutées coulant des limons glaciaires, jusqu’au village du Casset, à proximité de Mônetier les Bains. C’est ici que nous saluerons notre moniteur guide à l’UCPA, Sébastien, qui nous a transmis durant ses jours, sa joie de vivre et ses fines connaissances. C’est donc lui que nous remercierons d’abord. Et puis tous les membres de cette « expédition », qui ont permis de maintenir une ambiance hors du commun.

Tour des Ecrins-groupe de stagiaires
Quant au parcours, il nous a donné du fil à retordre ; il nous a fallu être capable de faire des dénivelés important, de porter un sac de 7 à 9 kilos. J’invite donc, les montagnards un peu aguerris, à emprunter aussi ces sentiers, pour l’amour de la nature et aussi d’une nature tellement diversifiée que l’on ne sait parfois si les paysages sont réels.

Tour des Ecrins-Trek

Faites le tour du massif des écrins cet été : des randonnées à votre niveau 

Partez à l’assaut des plus hautes montagnes des Alpes du Sud ! Soleil, glaciers, lacs d’altitude, cols perchés, faune sauvage et villages perdus vous attendent pour la grande Aventure.

À propos de l'auteur :

Passionné de montagne, de musique et de voyages en Europe : Monténégro, Croatie, Canaries et bien-sûr en France. Je souhaite partager avec vous ma passion du voyage et des paysages saisissants.  Voir l'auteur >

Partager

Imprimer Partager par mail Facebook Twitter Google +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *